Achat d'un vélo électrique

Achat d'un vélo électrique

Prendre son temps pour faire le bon choix avant l'achat d'un VAE

Depuis quelques années, les VAE (vélo à assistance électrique) connaissent un succès ascendant, devenant un des visages de la ville moderne. Ils offrent de facto une alternative pratique aux contraintes inhérentes aux transports publics et à la voiture en ville.

Ils ne sont également pas dénués d’intérêts, tant en termes d’économies, de santé et de respect de l’environnement.

Comme dit le proverbe, essayer le vélo électrique, c’est l’adopter !

Avant d'acheter un VAE vérifier bien qu'il réponde à différentes exigences réglementaires, à commencer par celle d’un vélo (frein, éclairage, avertisseur sonore, catadioptres etc.) comme stipulé dans le décret du n°95-937 de 1995. La Directive Européenne EC 2002/24 impose ainsi le respect de plusieurs pré requis :

L’assistance électrique n’est activée que lors du pédalage ;
Cette assistance se coupe lorsque la vitesse est supérieure à 25 km/heure ;
Le moteur s’arrête dès que l’utilisateur ne pédale plus ou qu’il utilise les freins ;
La puissance nominale continue du moteur ne peut excéder 250 watts.

S’il remplit ces obligations, le vélo n’est donc pas considéré comme un véhicule motorisé, qui demande souscription une assurance, une immatriculation, un permis ou âge minimum. Le moteur ne peut en aucun cas être commandé par une poignée ou un bouton quelconque.

Le VAE est autorisé à circuler sur les pistes, bandes cyclables et voies vertes.

Dans tous les cas, lors de l’achat, demandez au vendeur qu’il vous donne copie de l’homologation attestant de la conformité du modèle aux normes NF-E30-020 et EN-14764. Méfiance donc au regard de certains produits asiatiques trouvés sur Internet ne répondant pas à ces exigences…

Concernant l'achat d'un vélo éléctrique, certains clichés ont la vie dure. Les VAE ne peuvent en aucun cas être des vélos pour « fainéants. »

On peut même au contraire statuer qu’ils sont un incitateur à l’activité physique de par l’assistance électrique fournie. L’effort fourni est constant, et offre ainsi un exercice intéressant pour des personnes qui ne goûtent que modérément les joies de l’effort...

En termes d’accidentologie, il n’est d’ailleurs pas plus dangereux de se déplacer en vélo qu’à pied comme en attestent les chiffres fournis par la Sécurité Routière. Le risque zéro n’existe certes pas, mais à 92 %, les accidents à vélo recensés sont bénins.

Autre point non négligeable, des études récentes ont démontrée que dans le cadre urbain, les utilisateurs de VAE respiraient bien moins de gaz d’échappement que les automobilistes.

Coincés dans l’habitacle fermé de leurs véhicules, ces derniers sont la cible directe des pots d’échappement, dont les rejets s’insinuent par les prises d’air situées sous la calandre...

Situé plus haut sur son vélo, le cycliste lui ne demeure de plus que peu de temps bloqué dans des zones embouteillées synonymes de pollution importante.

Soulignons également les bienfaits relatifs aux nuisances sonores.

Les VAE n’émettent aucun bruit, et apportent un effet reposant inégalable, contrairement à une exposition au bruit dont il est démontré l’impact sur l’organisme.